Pythéas, au-delà de l'océan

Pythéas, au-delà de l'océan

30,00 lei 30.0 RON

30,00 lei

Adaugă în Coș


Autor: Ileana Wisket


Vreți să publicați o carte?

Dacă răspunsul Dumneavoastră este DA, am scris o carte și vreau să o public! atunci:

Contactați-ne!    Detalii aici!

Coșul pentru cumpărături va fi folosit de cititorii din România.
Cititorii din Diaspora sunt rugați să comande cartea de pe situl 
Amazon
corespunzător țării în care locuiesc sau de aici

                                                 

                                                     

                                                    

Voici comment l'auteur présente ce livre:



Ce roman est dédié au grand explorateur Pythéas de Massalia, géographe, mathématicien, philosophe, et astronome à la fois, contemporain avec Alexandre le Grand.

Comparé avec le Capitaine Cook, Columbus, Galileo ou Darwin par l'historien Barry Cunliffe, Pythéas représente "un vrai symbole de l'expansion de la civilisation hellène vers le pays du nord et de l'ouest de l’Europe", dans la vision de l'archéologue Ferdinand Lallemand, en faisant son premier voyage "Autour de l'Océan" et en découvrant les iles Britanniques Albion et Ierné jusqu’à Thulé (l’Islande) non seulement pour trouver une nouvelle route par l’est et la Mer Noire „mais pour vérifier ses calcules sur la latitude et sur les variations de la durée du jour selon qu’on s’approche ou qu’on s’éloigne du pôle”.

Les articles et les études sur son voyage m’ont aidée à trouver certains références et dates réelles que j’ai respectées pour rendre au personnage plus de crédibilité, mais ce que j’ai voulu explorer c’est la modernité de Pythéas, sa vision globale du monde... 

Le roman est structuré en trois parties. La première prépare « l’entrée » dans le monde du IVe siècle, avant notre ère, dont le génie hellène allait marquer toute la l’humanité d’un continent, assez jeune et avide de savoir. 

Ce chapitre contient aussi la construction du navire « Artémis », ainsi que les préparatifs pour le voyage. 
La deuxième partie est dédiée au voyage proprement-dit, dont le trajet géographique suit celui mentionné par Strabon ou par d’autres historiens. Je l’ai centré surtout sur l’initiation graduelle de l’équipage, en vue de la séparation d’un monde crépusculaire et de le préparer pour le grand rendez-vous, pas seulement avec les gens des « terrae barbarae », mais avec une réalité tout à fait différente, qu’ils devaient affronter. 

Dans ce sens, j’ai considère prioritaire le dialogue entre les deux mondes, celui grec, européen, et l’autre, « barbare », qui est souvent renversé, et consolidé par l’art de négocier et celui de la tolérance. 

Ces expériences nouvelles culturelles, géographiques, et scientifiques vont renforcer l’esprit des marins pour faire face au moment unique de pénétration au bout du monde, là « où le soleil ne se couche pas », incroyablement anticipé par les calculs de Pythéas. 

Faire flotter « Artémis » sur le grand océan, á Thulé, devrait situer Pythéas de Massalia au moins au même niveau de l’astronaute Armstrong à mon avis. En plus il calcule la latitude de Marseille avec une erreur d’environnement deux degrés. 

La troisième partie décrit les étapes du retour, quand les marins rentrent « chez eux ».



Ileana Wisket